VOYAGER AVEC L’AED – SLOVAQUIE

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Aujourd’hui: Slovaquie

__________________________________

Aide aux soins et au traitement médical de 20 religieuses âgées

Steyler Missionsschwestern in Ivanka ori Nitra. The house is theL’ordre des missionnaires de Steyl (les « Servantes du Saint Esprit ») a été fondé en 1889 et s’est propagé rapidement opérant aujourd’hui dans 47 pays. Au début, les sœurs missionnaires travaillaient surtout dans l’éducation et les soins de santé. Ensuite se sont rajoutées des tâches pastorales et socio-caritatives. Compte tenu du fait que la foi diminue de plus en plus en Europe et dans le monde occidental, la conception de la mission a été étendue : la « mission » n’avait plus lieu uniquement dans les pays de mission « classiques », mais aussi « devant sa propre porte ».

L’ordre est également présent en Slovaquie. Quelques-unes des sœurs sont engagées dans la mission à l’étranger, mais il est nécessaire que d’autres travaillent dans l’Église de leur pays. En effet, bien qu’environ 60 % des 5,4 millions de Slovaques soient catholiques et que la moitié d’entre eux aille à l’église le dimanche, il existe également des tendances inquiétantes. Les valeurs chrétiennes sont de plus en plus sapées au sein de la société, particulièrement par les médias de masse, dont certains se trouvent encore aux mains des communistes, et qui répandent une image du monde relativiste et libertaire.

Une santé qui se détériore

Slowakei/Nitra 10/414 Priesteraltersheim in NitraSlowakeireiseL’attitude consistant à dire « Dieu oui, mais pas l’Église » se répand également de plus en plus, surtout parce que certains médias, comme c’est le cas dans les pays occidentaux, soulignent les fautes mineures, voire imaginaires, de l’Église, et ne parlent pas de ce qu’elle fait de positif.

Il y a 20 sœurs âgées, dont malades, qui vivent actuellement dans la maison des missionnaires de Steyl de la province d’Ivanka pri Nitre. Elles ont commencé leur vie religieuse à l’époque du gouvernement communiste de ce qui était encore alors la Tchécoslovaquie, et ont suivi leur vocation consistant à servir Dieu et leur prochain, malgré l’anticléricalisme de l’époque.

Maintenant, elles ont besoin d’aide, car leur état de santé se détériore et elles ont un besoin croissant de soins. Certaines jeunes sœurs s’occupent de leurs consœurs plus âgées, mais elles n’y arrivent pas seules. C’est pourquoi elles emploient aussi sept infirmières laïques pour les soins, et doivent donc bien sûr les payer. À cela s’ajoutent aussi des dépenses de médicaments et de traitements médicaux.

Les sœurs âgées reçoivent chacune une pension mensuelle de 468 $, mais cela ne couvre pas les dépenses engagées pour leurs soins et traitements médicaux. Le coût mensuel des soins est d’environ 780 $ par sœur. C’est pourquoi Sœur Lucia, la Supérieure provinciale, a fait une demande d’aide à l’Aide à l’Église en Détresse ». Notre aide de cette année s’élèvera à 4 260 $.

!

https://secure.acn-aed-ca.org/fr/

Si vous êtes intéressé à contribuer une aide financière pour ce projet, veuillez téléphoner au: (514) 932-0552 poste 226

OU CLIQUER SUR L’IMAGE

VOYAGER AVEC L’AED – Turquie

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Aujourd’hui: Turquie

__________________________________

Turquie

Aide à la formation des séminaristes

TURKEY / ISTANBUL-LAT 14/00040 Restoration of side-wing of FrancIl y a 35 séminaristes de l’archidiocèse de Tabora qui attendent votre soutien, sans lequel ils ne pourront pas poursuivre leurs études afin d’être, un jour, ordonnés prêtres. Tabora est l’un des cinq archidiocèses de Tanzanie. Il a été fondé en 1953 par les pères blancs qui étaient présents dans la région depuis 1878.

TURKEY / ISTANBUL-LAT 14/00040 Restoration of side-wing of FrancL’archidiocèse compte 23 paroisses et 51 prêtres, trop peu selon le père Kibobera Makona, le responsable de la pastorale des vocations. « Il faut dire que 450 000 des quelque 2 millions d’habitants de l’archidiocèse sont catholiques. La pénurie de prêtres est la raison du faible nombre de paroisses. Certaines paroisses ont déjà dû être fermées pour cette raison. Nous avons beaucoup à faire et nous avons besoin de prêtres », souligne le père. Il se réjouit d’autant plus à chaque fois qu’un jeune appelé au sacerdoce décide de suivre la formation.

Cependant, les 35 grands séminaristes ont actuellement besoin d’une aide extérieure, car le coût de la vie en Tanzanie a augmenté et l’archidiocèse est dans l’incapacité de financer la formation qui dure au total neuf ans en Tanzanie. Durant la première année, les séminaristes travaillent dans l’archidiocèse, après quoi ils suivent trois années de philosophie, quatre années de théologie et une année pastorale. Il y a actuellement 13 séminaristes qui sont en année de philosophie, 20 étudient la théologie, et deux séminaristes ont terminé leur année pastorale et ont été ordonnés diacres.

TURKEY / ISTANBUL-LAT 14/00040 Restoration of side-wing of FrancAide à l’Église en Détresse a promis 17 160 $. Cette somme assure la subsistance et la formation des séminaristes pendant un an ! Dans le même temps, il est prévu que 14 hommes soient ordonnés prêtres. « Alors que l’archidiocèse est à la recherche de moyens pour financer les futurs prêtres, nous faisons appel à votre générosité afin de nous aider à soutenir les séminaristes et leur formation », écrit Mgr Paul Ruzoka. Avec votre aide, ça réussira !

https://secure.acn-aed-ca.org/fr/

Si vous êtes intéressé à contribuer une aide financière pour ce projet, veuillez téléphoner au: (514) 932-0552 poste 226

OU CLIQUER SUR L’IMAGE

VOYAGER AVEC L’AED – CENTRAFRIQUE

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Aujourd’hui: République centrafricaine

__________________________________

Réparation d’un véhicule pris d’assaut par les rebelles

CENTRAL AFRICAN REPUBLIC / BAMBARI 14/00070 Repair of the vehicl

La République centrafricaine est un pays à majorité chrétienne et animiste, qui compte également quelque 15 % de musulmans. La coexistence entre les communautés religieuses a toujours été paisible. Cependant, lorsque le président musulman Michel Djodotima a pris le pouvoir par un coup d’état le 24 mars 2013, avec l’aide de la coalition rebelle à majorité musulmane Séléka, le pays a été terrorisé par environ 20 000 à 25 000 rebelles, venus dans les villes et les villages, et surtout dans les diocèses, paroisses et postes de missions où ils ont volé ce qu’ils pouvaient utiliser : voitures, ordinateurs, médicaments, essence, nourriture.

Il y a des diocèses dans lesquels l’Église n’avait plus une seule voiture pour faire son travail, les rebelles ayant dévasté ce qu’ils laissaient derrière eux. Ils ne se sont même pas arrêtés devant les établissements pour handicapés ou les orphelinats. Les enlèvements, viols, pillages et massacres faisaient partie de la vie quotidienne.

CENTRAL AFRICAN REPUBLIC / BAMBARI 14/00070 Repair of the vehiclEn même temps, la République centrafricaine a donné un triste exemple de ce qui se passe lorsqu’un groupe social, en l’occurrence les musulmans locaux, est collectivement tenu responsable des méfaits d’un petit groupe. Les chefs religieux chrétiens et musulmans ont tout fait pour que cela ne se transforme pas en haine entre les communautés religieuses, mais un mouvement de réaction contre la Séléka (appelé « anti-Balaka », qui signifie « contre les machettes ») s’est formé à l’automne 2013.

Divisé entre la Seleka et les anti-Balaka

Au début, il ne faisait que défendre les villages, mais en se développant il est devenu complètement hors de contrôle et finissant par commettre des actes de vengeance de masse contre tous les musulmans. Les médias les ont souvent qualifiés faussement de « milice chrétienne », mais l’Église est toujours restée strictement à distance de ce mouvement. Les représentants chrétiens n’ont cessé de souligner qu’il s’agissait de personnes qui étaient dans leur grande majorité des animistes, voire qui n’étaient chrétiens que sur le papier, ce qui dans ce contexte signifie surtout qu’ils ne sont pas musulmans.

CENTRAL AFRICAN REPUBLIC / BAMBARI 14/00070 Repair of the vehiclEntretemps, le pays a été de facto divisé entre la Seleka et les anti-Balaka. L’ouest est en grande partie contrôlé par les anti-Balaka, et l’est par la Séleka. Les actes de violence sont fréquents, et la situation est instable. À ce jour, c’est à la frontière précise entre les régions du pays dirigées par les groupes respectifs où la situation est la pire. C’est là que se situe le diocèse de Bambari.

Un massacra a eu lieu ici en juillet 2014, lorsque les rebelles de la Séléka ont lancé une attaque contre le terrain de la cathédrale où se trouvaient au moins 12 000 réfugiés. Plus de 20 personnes ont été tuées, et 20 autres enlevées. A cela se sont ajoutés d’importants dégâts dont, entre autres plusieurs véhicules du diocèse ayant été incendiés. Ce fut le triste point culminant d’une série de raids et de pillages que le diocèse avait déjà dû subir auparavant. Des voitures, le stock de médicaments destinés au soin des nombreux malades et blessés, les ordinateurs de bureau et bien d’autres choses ont été volés. Les prêtres et les collaborateurs du diocèse se sont littéralement retrouvés sans ressources pour pouvoir poursuivre leur travail.

L’une des voitures qui avait été volée est restée abandonnée dans la rue après être tombée en panne. Les rebelles ont pris de nombreuses pièces détachées du véhicule, mais ont laissé le reste dans la rue. Maintenant, l’évêque de Bambari demande de l’aide pour réparer cette voiture. Or, il est difficile en République centrafricaine de trouver des pièces de rechange, comme tant d’autres choses d’ailleurs. Ces pièces doivent donc être importées de l’étranger. Nous aidons à hauteur de 7 100 $.

 

https://secure.acn-aed-ca.org/fr/

Si vous êtes intéressé à contribuer une aide financière pour ce projet, veuillez téléphoner au: (514) 932-0552 poste 226

OU CLIQUER SUR L’IMAGE

VOYAGER AVEC L’AED – PÉROU

VOYAGER AVEC L’AED est le titre de l’infolettre qui sera diffusée chaque vendredi sur notre blogue. Cette nouvelle hebdomadaire sera pour nous l’occasion de vous faire connaître tantôt les besoins de soutien qu’a l’Église, tantôt les projets que nous avons réalisés, et ce, dans les pays du monde entier.

Aujourd’hui: Pérou

__________________________________

Honoraires de messe pour 23 prêtres d’Amazonie

PERU / YURIMAGUAS 14/00170 10 novenas for 10 diocesan priests, 2Le vicariat apostolique de Yurimaguas se situe en Amazonie, dans l’est du Pérou. Avec une superficie de 70 000 kilomètres carrés, c’est-à-dire à peu près la même dimension que celle du  Nouveau-Brunswick. La majeure partie du vicariat est recouverte de jungle et diverses tribus amérindiennes y vivent.

Les gens sont pauvres et vivent dans des huttes construites en feuilles de palme. La plupart des petites localités ne sont accessibles que par bateau. Il n’y a pas de routes, et seuls les missionnaires assurent des soins médicaux ou un travail éducatif. Les femmes cuisinent leur modeste repas sur un feu de bois et cultivent le strict nécessaire dans de petits jardins : du yucca, des bananes, parfois un peu de poisson. Voilà de quoi les gens se nourrissent.

Peru, diocese Yurimaguas (Amazonas region in the East of Peru) AAu total, près de 2,2 millions de personnes vivent dans le vicariat de Yurimaguas. Il y a parmi eux environ 240 000 catholiques, qui sont pris en charge pastoralement par seulement 23 prêtres. Ces derniers doivent effectuer de grandes distances pour atteindre leurs fidèles, dans des conditions non seulement très difficiles, mais souvent aussi dangereuses. Le climat est humide et chaud, les gens sont dévorés par des moustiques qui, en plus, transmettent des maladies. Les prêtres ne se laissent toutefois pas décourager.

Nos bienfaiteurs soutiennent chaque année les prêtres de Yurimaguas par des honoraires de messe. L’an dernier, nos bienfaiteurs ont offert une aide de 11 500 $. Cette année encore, les prêtres comptent sur notre aide. Voici ce que l’administrateur du vicariat écrit au nom de tous les prêtres que nous avons aidés : « Nous vous sommes reconnaissants, ainsi qu’à nos frères et sœurs qui nous ont aidés, pour ce signe de solidarité que vous nous témoignez. Je vous exprime la gratitude de tous les prêtres du vicariat, et nous prions le Dieu tout-puissant pour que sa miséricorde vous devance et que la Sainte Vierge vous recouvre de son manteau protecteur. »

 

https://secure.acn-aed-ca.org/fr/

Si vous êtes intéressé à contribuer une aide financière pour ce projet, veuillez téléphoner au: (514) 932-0552 poste 226

OU CLIQUER SUR L’IMAGE

THÈME DE L’ÉMISSION VUES D’AILLEURS – Viols en RDC : la mort d’une société

images[1]Dans le cadre de l’émission VUES D’AILLEURS, produite par l’Aide à l’Église en Détresse et diffusée sur les ondes de Radio Ville-Marie, Mario Bard s’entretiendra avec Marie-Claude Manga, pasteure de l’Église Unie du Canada, Père Justin Nkunzi, directeur de la Commission Justice et Paix, archidiocèse de Bukavu, République Démocratique du Congo (RDC). Le thème sera Viols en RDC : la mort d’une société. Aujourd’hui à 19h00 – en rediffusion le jeudi suivant à 23h30.

Depuis des années, l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) est sous l’emprise de groupes armés qui rendent la vie de la population impossible. Particulièrement celle des femmes.

Le viol tue non seulement la dignité des femmes, mais tue également la société. Comment ? Analyses et pistes de réponses.

En voici un extrait: https://dl.dropboxusercontent.com/u/35471368/JustinV4.mp3

COMMUNIQUÉ : Ukraine – L’Église catholique essaie de rester aux côtés de la population

Koenigstein , 21 February, 2013 Mieczyslaw Mokrzycki, ArchbishopMontréal/Königstein, le lundi 2 mars 2015 – « Nous nous occupons des réfugiés, nous suivons les familles des soldats sur le plan pastoral ainsi que matériel, nous gérons des soupes populaires et nous distribuons entre-temps aussi de la nourriture et des médicaments à d’autres personnes dans le besoin », a expliqué Mgr Mieczyslaw Mokrzycki archevêque de Lviv, à l’occasion d’une visite auprès de l’œuvre internationale de bienfaisance catholique Aide à l’Église en Détresse, lors de son bref séjour après une visite ad limina à Rome. Il a de plus précisé que ce soutien était fait sans faire de distinction confessionnelle par l’Église catholique en Ukraine qui essaie de rester aux côtés de la population.

« Sa Sainteté le pape François nous a écoutés, nous les évêques d’Ukraine, avec une grande attention, et nous a promis de s’engager en notre faveur auprès des responsables politiques et des institutions internationales afin que la paix revienne en Ukraine. Il nous a aussi assuré d’une aide matérielle pour étayer notre engagement en Ukraine », a souligné l’archevêque de Lviv.

UKRAINE / NATIONAL 14/02434Support of the Ukrainian Caritas for

L’action de soutien de l’Église catholique bénéficie autant aux réfugiés des régions dans l’est du pays, où se déroulent les combats, qu’aux nécessiteux en Ukraine occidentale. Le conflit est encore aggravé par la situation économique tendue du pays. À ce sujet, Mgr Mokrzycki poursuit : « Le maire de Lviv, par exemple, ne cesse de s’adresser directement aux Églises en leur demandant leur aide en termes d’hébergement pour le grand nombre de réfugiés.

« La solidarité est grande, les chrétiens de différentes confessions se rapprochent les uns des autres. Certes, les gens ne possèdent pas beaucoup, mais ils s’entraident. » Selon l’archevêque, on construit entre-temps des baraquements provisoires pour héberger les réfugiés, autant en Ukraine occidentale qu’orientale. Aide à l’Église en Détresse apporte son soutien aux actions humanitaires de l’Église dans plusieurs diocèses ukrainiens. À ce titre, plus de 182 300 dollars ont été alloués au cours des derniers mois.

 

https://secure.acn-aed-ca.org/fr/

Si vous êtes intéressé à contribuer une aide financière pour ce projet, veuillez téléphoner au: (514) 932-0552 poste 226

OU CLIQUER SUR L’IMAGE

COMMUNIQUÉ – Site Internet de l’AED – Prier, informer et agir

Site Internet de l’AED

Prier, informer et agir

Robert Lalonde, AED CanadaMarie-Claude

Montréal, le vendredi 27 février 20015 – « Soucieux de mieux servir nos généreux bienfaiteurs, de fournir au public de meilleurs outils de communication et d’encourager les gens à PRIER INFORMER et AGIR  pour venir en aide aux chrétiens pauvres et persécutés partout dans le monde, Aide à l’Église en Détresse (AED) Canada est fier de vous présenter son nouveau site Internet qui sera en ligne dès lundi », a déclaré avec enthousiasme Marie-Claude Lalonde, directrice nationale de l’AED Canada.

 «  Plus que jamais, poursuit la directrice, la situation des chrétiens dans de trop nombreux pays mérite d’être connue à grande échelle. Nous espérons que les textes d’actualité diffusés sur notre site sauront touchés nos visiteurs et les inciter à venir en aide à leurs frères et sœurs trop souvent oubliés. »

Le site que l’on peut visiter au www.acn-aed-ca.org est abondamment illustré de photos percutantes, de témoignages poignants et d’informations souvent exclusives. Rappelons que l’AED est aujourd’hui un organisme international comptant plus de 600 000 amis et bienfaiteurs qui soutiennent chaque année environ 5 000 projets dans plus de 150 pays. Désormais devenu fondation de droit pontifical, l’AED et ses bienfaiteurs apportent leur aide dans un esprit d’amour concret partout où l’Église a besoin d’eux.